Le Syndicat national des architectes agréés algériens (Synaa) s’insurge contre les conditions d’exercice de la profession. Il lance une pétition dans laquelle il dénonce «les velléités de musellement» de l’architecte via un projet de décret élaboré par le ministère de l’Habitat.

Organisés au sein de leur syndicat, les architectes disent non au projet de texte que prépare le département de Tebboune. Ils le rejettent dans le fond et dans la forme et lancent une pétition dans laquelle le syndicat appelle les architectes à s’indigner.

Dans cette dernière, les architectes rejettent la formule «études et réalisation» pratiquée dans les appels d’offres publics, réclament l’institution du concours d’architecture comme «seul moyen d’accès à la commande publique d’architecture, en faisant du concours une manifestation à portée également culturelle et artistique par l’affranchissement du jugement des offres architecturales des critères financiers de la rémunération de la maîtrise d’œuvre» et l’institution de la rémunération des prestations des concurrents dans les concours d’architecture.

Dans cette même pétition, le syndicat estime que «tout le monde lorgne de notre côté pour faire de nous les boucs émissaires d’une médiocrité choquante et visible de tous. Le raccourci est tout trouvé pour nous en faire endosser l’entière responsabilité, banalisant notre statut pour mieux nous charger des tares qui font la faiblesse du secteur du bâtiment dans notre pays».

Le Synaa dénonce également certains textes réglementaires régissant les missions de l’architecte, notamment l’arrêté interministériel du 15/05/1988, sont devenus obsolètes et inadaptés et appelle à la redéfinition du rôle de l’architecte ainsi que la faiblesse des taux de rémunération de la maîtrise d’œuvre qui, selon le syndicat, «installe l’architecte dans une précarité endémique qui se répercute directement sur la qualité des études et du suivi de réalisation».

Le syndicat constituera dans ce contexte «une voie supplémentaire pour porter haut et fort les revendications des architectes et contribuer aux différents débats dans un cadre organisé et démocratique».

Il se propose de représenter les architectes agréés à l’échelle nationale. Il tiendra le 21 mai 2015, la troisième session de son conseil national.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here